L’île au trésor (Neri)

Deuxième livre de la collection « Les Grands Classiques Illustrés » parue dans les années 1960 aux Editions Mondiales. L’île au trésor reprend l’histoire écrite par Robert Louis Stevenson. C’est Neri qui illustre avec son talent habituel ce livre. Les personnages sont très réalistes, les illustrations très détaillées et vivantes. Neri est particulièrement à l’aise dans cet univers des pirates.
Les illustrations sont en pleine page voir même pour certaines en double-page et sont très soignées, assez typiques des illustrations de cette époque. Le format d’environ 25 cm sur 32 cm permet de pleinement profiter de ce magnifique travail.

20.000 Lieues sous les mers (Neri)

Cinquième livre de la collection « Les Grands Classiques Illustrés » parue dans les années 1960 aux Editions Mondiales. 20.000 Lieues sous les mers  reprend l’histoire très connue de Jules Verne. C’est Neri qui illustre avec son talent habituel ce livre. Les personnages sont très réalistes, les illustrations très détaillées et vivantes. On a l’impression d’être coincés dans la tempête ou encore de se battre contre les poulpes. C’est un travail remarquable.
Les illustrations sont en pleine page voir même pour certaines en double-page et sont très soignées, assez typiques des illustrations de cette époque. Le format d’environ 25 cm sur 32 cm permet de pleinement profiter de ce magnifique travail.

Blondine, Bonne Biche et Beau Minon ~ Le bon petit Henri (Casterman)

A la fin des années 1940, Casterman commence la publication de la série L’âge d’or (plus d’information via ce lien). Le volume présenté ici date de 1948. Il reprend deux histoires de la Comtesse de Ségur, Blondine, Bonne Biche et le Beau Minon ainsi que Le petit Henri.
Blondine se perd dans une forêt. Mais elle va rencontrer Beau Minon ainsi que Bonne Biche qui vont l’aider et lui faire découvrir les lieux.
Henri quand à lui est un jeune garçon très heureux. Mais un jour, sa mère tombe gravement malade. Henri demande de l’aide et c’est une fée qui vient le réconforter. Il doit partir pour trouver la plante de vie, seul remède pour sa mère. Le voilà donc parti à l’aventure.
Les deux histoires sont présentées et racontées par Jeanne Cappe.

Les très jolies illustrations de Jean Leon Huens sont ici reproduites entièrement en couleurs. Elles sont parfois même en pleine page.

 

Le copyright de l’édition de 1948.
L’édition plus tardive (sans doute année 1980/81).

 

 

Dwa Koguty (Deux Coqs)

Lorsque l’on est amateur de livres de contes, il arrive que l’on trouve des livres en langue étrangère. Une langue qu’on ne sait pas lire mais les illustrations sont si jolies qu’on a un coup de cœur. C’est le cas avec ce livre acheté il y a bien longtemps.
Il est sorti en 1984 et est en polonais. C’est en fait un recueil de chansons ukrainiennes (accompagnées d’un conte, Le renard et la grue). Publié par une maison d’édition basée à Kiev alors que l’Ukraine n’était pas encore indépendante. Il est d’ailleurs noté « Le livre a été publié en URSS ». Les magnifiques illustrations de Wolodomyr Golozubow sont en couleurs et présentées en pleine page.
On retrouve dans les illustrations beaucoup de thèmes ukrainiens comme par exemple les animaux en costumes traditionnels mais aussi les bancs sculptés, la vaisselles, le mobilier.
Les chansons sont toutes sur le thème du travail. Celui qui est courageux sera récompensé, le paresseux ne pourra que pleurer.


Traduction : « Ce livre comprend des chansons folkloriques ukrainiennes pour enfants, qui ont été publiées séparément à différentes époques avec des illustrations de Woło Dymyra Golozubov. Parmi eux – « Dwa Koguty », qui en 1971 à la biennale internationale des illustrations de livres pour enfants à Bratislava a reçu le prix honorifique POMME D’OR « . »



Traduction : « Editeur de littérature pour enfants « Weselka » Kiev 1984″


Traduction : « Traduit par Mikolaj Durkiewic
Illustré par Wolodomyr Golozubow »


Traduction : « Deux Coqs, Chansons populaires ukrainiènnes et un conte de fées.
Le livre a été publié en URSS »

 

 

 

Don Quichotte (Benvenuti)

Voici une des très nombreuses adaptations de l’histoire de Don Quichotte en livre jeunesse. Les illustrations sont créditées au nom de Gianni mais il s’agit bien de Gianni Benvenuti (certains sites créditent au nom de Ranna Gianni, ce qui est une erreur). Les éditions plus anciennes et en particulier en langues étrangères créditent plus clairement Benvenuti.
Il s’agit ici de la version publiée en 1968, très similaire à celle de 1963. Couverture cartonnée (24 cm sur 30 cm environ), entièrement en couleur avec des illustrations pleine page.
Bien que destinée à un publique jeune, cette version de la célèbre histoire de Don Quichotte bénéficie d’illustrations dans un style très adulte. Elles sont absolument magnifiques, de vraies œuvres.  Certaines planches sont dans leur composition et choix très proches de ce que l’on peut trouver en peinture.
Lors de mes recherches, je trouve souvent que le nombre de pages est 124 mais c’est bien presque la moitié pour cette édition. Je suis curieux de savoir s’il s’agit d’une erreur (ce que je pense) où s’il existe bel et bien des versions avec plus de pages (ce qui m’intéresse grandement!)

Contes Chinois (Maraja)

Les éditions GPR (groupe Fabbri) ont sorti une superbe série de livres illustrés intitulée Les Grands Livres Merveilleux.
Publié en 1981, ce volume inclut cinq histoires sous le titre de Contes Chinois. Les histoires écrites par Renata Paccarié (qui dans la même collection a écrit Contes des mille et une nuits ainsi que les Contes Africains) sont magnifiquement illustrées par Maraja. Entièrement présentées en couleurs, les illustrations sont particulièrement soignées et détaillées et comme souvent avec Maraja, très expressives. Certaines occupent une page complète, c’est absolument splendide.
De part son format (environ 33 cm sur 25 cm avec couverture cartonnée) cette édition permet de profiter pleinement du travail de l’illustrateur.

Olivia (Deux Coqs d’Or)

Publiée en 1979 pas les éditions des Deux Coqs d’Or, la collection Mimosa se compose de 8 volumes portant chacun comme titre un prénom.
Illustrant des textes de Maria Luisa, M. R. Batlle nous offrent des dessins trop mignons. Dans un style assez comparable à celui de Vivien Kubos (Sarah Kay), ces dessins toucheront votre fibre nostalgique à coup sur.
Présenté avec pochette cartonnée (18,5 cm sur 26,5 cm environ), entièrement en couleur. Le seul défaut est peut être d’avoir était imprimé sur un papier au grammage un peu trop faible. Il est donc difficile de trouver des exemplaires dans un très bon état.
Olivia nous raconte l’histoire d’une petite fille capricieuse qui a une tendance à vouloir tout ce qu’elle voit et qui lui plait…


4ème trimestre 1979
Quitter la version mobile